Histoire

OPPEDELEVIEUX revu


Pour qui l’observe depuis les ruines de la plus grande forteresse féodale du Comtat Venaissin
, après le Palais de Papes, Oppède apparaît comme un grand corps décapité. Il existe effectivement deux « Oppède » : Oppède le Vieux et Oppède les Poulivets.  Le vieux village, blotti au pied du versant Nord du Luberon,  occupe un site exceptionnel sur un éperon rocheux surplombant le vide sur 3 côtés et commandant la vallée du Calavon (ou Coulon) et les gorges de Combrès où pousse le cèdre de l’Atlas. Dans le village, les maisons médiévales témoignent d’un long passé chargé d’histoire. Ses ruelles caladées ne sont troublées que par le pas des amoureux de vieilles pierres, elles conduisent à la collégiale Notre-Dame Dalidon et au château médiéval. Depuis le parvis de Notre-Dame Dalidon, un vaste panorama s’ouvre sur les toits du vieux village, les terrasses Ste Cécile, la Vallée du Coulon, les monts de Vaucluse et en fond le Mont Ventoux.

Au siècle dernier, nous assistons au “déperchement” du village. La vie étant trop rude, Oppède fut lentement abandonné par ses habitants qui préfèrent s’installer dans la vallée.
On raconte que certains habitants ne voulant pas quitter leur village gardaient, à tour de rôle et en armes, la mairie.
En 1909, profitant d’une nuit d’orage et ayant appris que la surveillance étant abandonnée en la circonstance, le fermier Lafond, aidé de quelques amis, d’une charrette et d’un mulet déménagea toutes les archives de la mairie pour les transporter aux Poulivets.
Le préfet avalisa ce transfert. Cela ne fit que précipiter l’exode.
Le hameau des Poulivets situé à 2 kms, est promu chef-lieu de canton en 1913 et devient le centre administratif, il regroupe mairie, école, église, commerces et équipements sportifs.
La commune d’Oppède se caractérise par de nombreux hameaux dispersés sur son territoire.
Oppède fait partie du Parc Naturel Régional du Luberon et depuis le 1er Janvier 2014 de la communauté de communes “Luberon-Monts de Vaucluse”.

place03-043